Battlefield 5, le test

Team-Azerty Jeux vidéo en réseaux

LAN'Oween 2019 à l'Atrium, Salle polyvalente de Seyssuel du 25 au 27 octobre 2019

Battlefield 5

Dernière modification :  samedi 20 avril 2019

Suivre la chronologie de la série des Battlefield n'est pas chose aisée. Il y a 17 ans, Battlefield 1942 nous plongeait dans la Seconde Guerre mondiale. Puis, 2 ans plus tard, vient BF Vietnam et fort logiquement la guerre du Vietnam. 1 an plus tard, en  2005, le célèbre BF2 s'essayait aux guerres modernes. Et en 2006, Battlefield 2142 s'essayait aux guerres futuristes. En 2011 et 2013, les BF3 et 4 reviennent aux conflits modernes. Quant à BF1 sorti en 2016, nouveau contre-pied, c'est durant la Première Guerre mondiale que le titre vous fait plonger. BF5 signe un retour aux sources, avec le retour de la Seconde Guerre mondiale, qui plus est sans DLC (enfin).

Un solo réussit

La série de BF n'est pas connue pour faire des campagnes solos marquantes. Généralement, si l'on cherche un bon FPS pop corn, c'était vers les COD qu'il fallait se tourner. Cette année, COD ayant fait l'impasse sur son solo, je n'ai eu que BF pour me rassasier. Et je n'ai pas été déçu pour une fois.

D'une guerre à l'autre
On passe donc d'une guerre à l'autre

Comme pour BF1, pas de longues campagnes solos, mais une série de récits de guerres. Des petites histoires dans l'Histoire relatant sous forme fictive des passages oubliés du conflit :

Les 4 récits de guerre
Les 4 récits de guerre

L'ensemble reste court, comptez une petite dizaine d'heures de jeu. Pour autant, ces récits de guerre sont loin d'être sans intérêt.

Sous aucun drapeau :

Dans ce récit, vous glissez dans la peau Billy Bridger, un voleur de banque et expert en explosifs appelé à la manière des 7 salopards pour constituer un commando des forces spéciales du Special Boat Service dans le cadre de l'opération Albumen. Historiquement cette opération qui se déroule en Crète a permis aux alliés de déstabiliser les appuis aériens de l'Allemagne nazie dans la guerre du désert. La Crète servant à l'époque de base aérienne pour les nazis.

Attaquons une base aérienne seul !
Attaquons une base aérienne seul !

Ce récit est assez classique dans son gameplay. Si l'on peut tenter la discrétion sur certains passages, globalement c'est du bourrin en mode One man army. C'est particulièrement le cas sur le final où avec vos seules mains vous allez arrêter une colonne de chars, des avions et de Fritz à la pelle. Mais bon, rien d'exceptionnel dans les FPS, on est habitué. Hormis ce détail, cette campagne est agréable, et certaines possibilités de terminer les passages sont assez sioux. Par exemple, vous pouvez aller faire exploser une série d'objectifs à pied, ou bien piquer un avion et faire le tour de l'île pour tout bombarder en finesse. J'avoue qu'en dépit de mes inaptitudes à piloter un avion, cette possibilité m'a vraiment faire rire !

Mes capacités de pilote restent toujours aussi limités
Mes capacités de pilote restent toujours aussi limitées

Nordlys :

Ici, vous incarnez une jeune fille de la résistance norvégienne qui cherchant à délivrer sa mère, va permettre de détruire l'eau lourde nécessaire à la confection d'une bombe A. Si le récit est fictif, il s'appuie sur la bataille de l'eau lourde menée par les alliés et la résistance norvégienne, cette bataille méconnue a pourtant porté un coup fatal à la la confection d'une Bombe A par l'Allemagne nazie (fin de l'interlude historique).

Eau lourde à la mer !
Eau lourde à la mer !

Quoi qu'il en soit, bien qu'il soit possible de foncer dans le tas, cette campagne, est résolument tournée infiltration. Armés de couteaux, puis d'armes équipées de silencieux, vous pouvez faire une bonne partie de la campagne sans vous faire repérer, notamment si vous cherchez à remplir quelques défis. Moi qui aime bien ce genre de passages, j'ai été comblé. Autre moment appréciable : les passages à ski, mais malheureusement trop peu de combats viennent agrémenter ces passages.

Ne pas oublier, pour tourner, on lève le ski amont !
Ne pas oublier, pour tourner, on lève le ski amont !

Tirailleur :

Le récit prend place à l'automne 1944, au sein des tirailleurs sénégalais engagés dans les FFL. Votre personnage, Deme Cisse est une jeune recrue qui se retrouve sur le front avec son frère Idrissa. Au travers des assauts osés, ils vont réussir à faire plier les nazis là où les autres forces armées avaient échoué. Malheureusement, ces actes de bravoure ont été passés sous silence, ou récrits pour mettre le français de métropole au cœur de la libération de son pays. Ce récit permet également de mettre en lumière la discrimination des troupes coloniale dans l'armée française. Sans nier la fils de puterie dont nous avons fait preuve, il est très hypocrite que le jeu ne mentionne pas également le peu de considération dont faisait également preuve l'armée US auprès des Afro-Américains. A l'époque le monopole de la connerie n'était pas que pour l'armée française, mais assez partagée.

On a été de beaux enculés à l'époque
On a été de beaux enculés à l'époque

Bref, cela étant dit, ce récit de guerre est assez tourné vers l'action, et sous l'excuse d'un arc narratif du manque de moyen des tirailleurs, on commence à voir ce qui nous attend sur le multi : le peu de munitions. En l'occurrence, il vous faudra souvent aller échanger votre arme contre une au sol ou sur un cadavre pour pouvoir contenir les hordes de soldats en face. Vous aurez néanmoins le loisir de vous poser le temps d'un chapitre avec de l'infiltration. Un récit assez intéressant en sommes.

En fouillant, on peut limite trouver une visée laser, en 1944, c'est cohérent
En fouillant, on peut limite trouver une visée laser, en 1944, c'est cohérent

Le dernier Tigre

Petite surprise, car à ma connaissance, c'est la première fois que dans une campagne solo on se trouve à incarner un soldat allemand. Vous vous retrouvez donc dans la peau de Peter Müller, le commandant d'un équipage d'un Tigre 1, dans la bataille de la poche de la Ruhr au printemps 1945. Si votre personnage va au fil de l'histoire se poser de plus en plus de questions sur la pertinence de son combat, vous aurez néanmoins l'occasion de détruire nombre de chars alliés, puisqu’évidemment, la majorité des combats se font en char.

Bon en théorie, avec tous ces indices, Müller aurait dû comprendre qu'il n'était pas dans le bon camp !
Premier indice
2e indice
3e indice
4e indice

Là encore, ce récit de guerre est assez intéressant. Souvenez-vous le nombre de parties où vous avez pleuré avec votre pauvre Sherman face aux tigres ! L'heure est à la revanche ! Même si ce n'est pas un Tigre royal ou un Panther, vous aurez un sentiment de toute-puissance dans ce char !

Oh un fantassin dans le viseur

Oh un fantassin dans le viseur !
est-ce cricri qui essaie de sniper mon tank ?
Un petit sentiment de toute puissance !
Un petit sentiment de toute-puissance !

Un multi qui cherche à se réinventer :

Incontestablement la série des BF est dédiée au multi. Il y a 17 ans, BF 1942 avait révolutionné nos LAN. Mais aujourd'hui la mode n'est plus aux boucheries en équipes 32VS32, mais aux Batailles royales. BF5 se lance donc dans un grand écart pour séduire les fans de Jennifer Lawrence tout en rassurant ses joueurs historiques. Une équation presque insoluble.

Un gameplay légèrement revu orienté Team-play

La principale modification de gameplay avait eu lieu avec BF1, avec des classes revues. On retrouve donc :

  • La classe assaut, spécialisé dans la destruction de véhicules.
  • La classe médecin, spécialiste des soins et des réanimations.
  • La classe soutient, spécialiste de la réparation et du ravitaillement.
  • La classe éclaireur, spécialiste de la reconnaissance.

Là où il y a du changement, c'est que n'importe quel membre de votre escouade peut vous réanimer. Ça n'a l'air de rien dit comme ça, mais dans le jeu, ça force à rester groupés et rehausse, encore, l'intérêt des escouades.

Please Help !
Please Help !

Autre changement, la santé. À l'instar de COD WWII, le médikit fait son retour. Ainsi, fini la santé qui remonte en se mettant à l'abri, en multi, vous ne pourrez vous soigner qu'une seule fois. Si vous êtes de nouveau blessé, il faudra compter sur un médecin à proximité pour qu'il vous donne une nouvelle trousse de soins.

Quant aux munitions, finit les armes aux chargeurs sans fin, les balles s'épuisent très vite, vous ne pouvez pas porter beaucoup de recharge sur vous. Une fois de plus il faudra compter sur les membres de votre escouade ou de votre équipe pour avoir des munitions fraiches. Dans les petits changements, on note le TTK (Time To Kill) assez bas, comprendre : avec peu de balle, vous tuez votre adversaire. Vous rajoutez également la disparition des marqueurs, vous savez la touche "A" qui permettait de marquer un ennemi et le montrer aux yeux de votre équipe, et bien cette fonction a disparu. Les campeurs vont apprécier, ceux qui aiment courir dans les prés, un peu moins. À noter quand même que la classe éclaireur dispose d'une paire de jumelle qui permet de marquer les ennemies, ce seront donc les seuls qui pourront vous indiquer où se planquent les campeurs. D'où la nécessité d'entraide entre les classes.

Enfin, dernier point, vous pouvez sortir vos marteaux et vos pioches, car il vous est possible de construire des fortifications, des postes de ravitaillement et de soin. Oui, de la construction dans un BF, on aura tout vu, mais c'est loin d'être inintéressant.

Sortez les pelles et les pioches
Sortez les pelles et les pioches

Les classiques ou presque :

Niveau mode de jeux, on retrouvera les classiques :

  • Mode conquête.
  • Mode Match à mort en équipe.
  • Mode domination, le mode conquête pour l'infanterie.

Les nouveautés sont les suivantes

  • Mode percée : une version simple du mode opération découvert sur BF1, c'est à dire sans mastodonte et sans renforts. Sinon le principe reste le même : des attaquants et des défenseurs. Les attaquants doivent capturer des secteurs en capturant tous les drapeaux de celui-ci, afin de passer au suivant jusqu'à contrôler tous les secteurs et gagner la partie. Les défenseurs doivent, fort logiquement les en empêcher. Les attaquants ont un nombre limité de tickets, chaque décès en coûte un, la partie d'arête pour eux s'ils ont épuisé les tickets.
  • Mode ligne de front : Comme pour BF1, c'est un mélange de conquête et ruée. Depuis votre base, vous capturez les drapeaux en direction de la base ennemie. Lorsque vous contrôlez tous les secteurs, nous passons en mode ruée, avec comme objectif de détruire les radios de la base ennemie, via un nombre limité de ticket. En cas d'échec, on repasse en mode conquête.
  • Tir groupé : Que je détaille plus bas.
  • Mode grande opérations : Egalement détaille plus bas.
  • Firestorm : le mode battle royal, lui aussi détaillé plus bas.
Il y en aura pour tous les gouts.
Mode conquête
Mode conquête en escouade
Mode Domination
Mode Firestorm
Mode grandes opérations
Mode ligne de front
Mode percée
Mode TDM

Le mode Tir groupé :

Le mod coop n'avait fait qu'une brève apparition sur BF3. On pouvait jouer à 2 sur des petits scénarios, c'était assez intéressant à l'époque, et j'ai le souvenir de très bonnes parties avec Olivier (et des séances de pilotage d'hélico assez épique). Ce mode fait son grand retour sur BF5, mais avec un petit plus : il est jouable en solo, ou bien en escouade de 2 à 4 max. Je n'ai malheureusement pas pu y jouer autrement qu'en solo, mais j'ai passé de bonnes parties dessus, la difficulté étant assez élevée.

Il y a quelques campagnes !
Il y a quelques campagnes !

Le mode grandes opérations :

Je vais jouer cartes sur table : le mode grandes opérations est pour moi LE mode de jeu le plus intéressant de BF5. Partant du constat que le mode opération de BF1 avait rencontré un grand succès EA l'a largement amélioré. Cette fois-ci la partie va se jouer sur plusieurs jours (comprendre jour dans le jeu, pas sur plusieurs jours IRL, qu'on se comprenne bien) avec chaque jour un mode de jeu différent.

Jour 1
Jour 1
Jour 2
Jour 2
Jour 3
Jour 3

Ainsi, le premier jour, on commence par une invasion aérienne. L'objectif pour les assaillants de saboter des objectifs (souvent des pièces d'artillerie). Le second jour, c'est en mode percée, puis le dernier jour en mode ruée. En cas d'égalité, vous vous affrontez en mode assaut final, avec une seule vie (mais réanimation possible) et des munitions extrêmement limitées. Pour les assaillants, le fait de remporter une victoire sur une journée implique des bonus pour la journée suivante : plus de tickets, réapparition plus rapide des véhicules, etc.

Comptez quand même entre 45 minutes et une heure de jeu pour une partie.

Un Battle royal.

Comme le dernier COD, BF sombre du côté obscur du Battle royal, ce mode de jeu où l'objectif est d'être le dernier en vie. On commence à bord d'un avion, on saute sur une carte immense, et là armé de votre seul couteau, vous arpentez la carte en quête d'arme plus importante, et bien sûr en quête de sang frais, puisqu'il faut être le dernier en vie, je vous le rappelle. Histoire que ça ne se termine pas en séance camping, un feu géant rétrécira au fur et à mesure la carte, obligeant les joueurs à se retrouver au centre.

Firestorm
Donc vous êtes largué avec votre bite et votre couteau au milieu des flammes, félicitation pilote pour ce largage !

Personnellement, je n'ai pas forcément accroché à ce type de jeu. Le côté t'es mort, t'attends comme un con la fin de partie (c'est à dire parfois 10 minutes)ou tu quittes, c'est pas trop mon genre. Ensuite, sur les quelques parties que j'ai faites, je me suis retrouvé dans le top 50, sans avoir tué personne, et sans avoir croisé personne. Alors je n'ai sans doute pas beaucoup donné sa chance au produit, au même titre que les Fortnite ou autresPUBG, mais j'assume, pour moi finir dans un top 3 sans avoir rien fait d'autre qu'imiter une feuille morte, ce n'est pas jouer.

Top 32
Top 32
Top 8
Top 8
Top 3
Top 3

Des évènements réguliers, fin des DLC.

Histoire d'entretenir sa communauté, et parce qu'il a fait une croix sur ses DLC, EA lance chaque semaine des défis à accomplir afin de débloquer des armes. Celà passe par une série de kill avec telle arme, un nombre de points à marquer dans telle classe ou tel mode de jeu.

Les défis de la semaine de janvier 2019
Les défis de la semaine de janvier 2019

Autre évènement temporaire : des modes de jeux comme le mode ruée qui n'aura eu lieu que durant 2 semaines avant la sortie du mode Firestorm. Pour le coup, j'ai été un peu frustré du côté éphémère, car j'en ai de très bons souvenirs sur BF3, et c'est sur ce mode que nous jouons à BFBC2.

Le mode ruée
Pourquoi seulement quelques semaines ?

La bonne nouvelle, je l'ai évoqué en début de chapitre, c'est la fin des DLC et des contenus. Je pense que EA a retenu la leçon de Star Wars Battlefront II. La seule monnaie réelle vous servira à customiser l'apparence de votre soldat, ce qui est assez useless pour toute personne normalement constituée psychologiquement.

Pas de roux, ça ne sert à rien !
Pas de roux, ça ne sert à rien !
J'aimerais bien un fusil rose
J'aimerais bien un fusil rose
Lâche tes euros !
Lâche tes euros !

Un peu de technique :

Frostbite 3 a de bons restes :

Voilà déjà 6 ans que Frostbite 3 anime les titre d'EA. Ce BF5 partagera donc le même moteur de BF4 et BF1 sortit respectivement en 2013 et 2016. Rassurez vous,  vos pupilles en auront pour leur argent, puisque BF5 tire profit des dernières technologies comme le fameux Ray Tracing où les lumières des explosions se reflètent dans les flaques... Que je n'ai malheureusement pas pu essayer, n'ayant pas les dernières GeForce, ni une S3 trio 64 V+ 😉, mais voilà ce que ça donne :

Avec ou sans Ray Tracing
Avec ou sans Ray Tracing

Pour le commun des mortels, vous devrez vous contenter des effets météo habituels, ce qui est toujours aussi joli à voir :

Je suis prêt à l'impact visuel
Je suis prêt à l'impact visuel

Quelques bugs :

Malheureusement le titre n'est pas exempt de quelques bugs. Fort heureusement, ma connexion de campagne et mes obligations familiales de père responsable ne m'ont pas permis de jouer dès la sortie. Entre-deux quelques patchs salvateurs sont passés. Néanmoins, j'ai été légèrement désappointé par lorsque je venais de réussir un défi de la campagne tirailleur (récupérer toutes les bouteilles de vin, vous savez moi et l'alcool), et que ce dernier n'a pas été comptabilisé. Visiblement je n'ai pas été le seul à avoir noté ce genre de soucis :

Les bugs de la campagne solo
Je pense que certains ont plus ragé que moi !

J'ai également connu le désagrément de rester bloquer dans des textures sans bien comprendre comment m'en sortir, hormis un suicide salvateur :

Putain un pixel m'envahit !
Putain un pixel m'envahit !

Autre bug, plus gênant lui, c'est en cas de décès, puis de réanimation, il reste un artéfact de vos alliés qui étaient à proximité.

ça gêne un peu pour jouer
ça gêne un peu pour jouer

Pas de supports physiques :

Cela peu paraitre anecdotique à l'heure des plateformes comme Steam et Origin où l'on achète la plupart de ses jeux sous forme dématérialisée. Pour autant, lorsque, comme moi, nous n'avons pas la fibre, et un débit de 2M, se taper 60Go de téléchargement durant plusieurs jours, puis quelques jours après, de nouveau plusieurs Go de patch, franchement, ça fait chier ! En effet, contrairement à BF1 qui était disponible en version boite avec 5 DVD d'installation, là BF5 n'est qu'en version téléchargeable. L'achat d'une boite vous donnera le droit un papier avec un code de téléchargement. Pas sûr qu'un PC allumé H24 durant 6 jours soit plus écologique que la production de 6 DVD.

Du haut de ces captures d'écran, 6 jours de téléchargement vous contemplent!
Premier jour de téléchargement
Second jour de téléchargement
Troisième jour de téléchargement
Quatrième jour de téléchargement
Cinquième jour de téléchargement
Sixième jour de téléchargement

Très bon
8
Incontestablement, cet opus ne manque pas d'atouts : un mode solo digne de ce nom, un multi toujours efficace. Pour autant, à l'heure où PUBG, Fortnite et autres Apex Legeds règnent en maitre, BF5 apparait comme un jeu d'un autre temps. Ainsi, si vous aimez la série de Battlefield, vous ne serez pas déçu, si vous ne jurez que par les Battle Royal, le mode Firestorm vous semblera bien fade. Pour ma part, ce dinosaure a toutes mes faveurs.

Points faibles :

  • Battlefield 1.5
  • Pas de version physique
  • Quelques libertés historiques
  • Des bugs

Points forts :

  • Un solo digne de ce nom
  • Le mode grandes opérations
  • Fin des DLC
  • Encore très beau
  • Coop renforcée

Partagez :


Articles similaires :


Utilisez un navigateur moderne qui respecte votre vie privée : Téléchargez Firefox