Call of Duty WWII, le test

Team-Azerty Jeux vidéo en réseaux

LAN'Oween 2019 à l'Atrium, Salle polyvalente de Seyssuel du 25 au 27 octobre 2019

Call of Duty WWII

Dernière modification  mardi 30 janvier 2018

Après avoir exploré la guerre moderne, le futur plus ou moins lointain, les jets pack et autres mines-araignées, cette édition de Call Of Duty revient aux sources que l'on avait plus vues depuis COD 5 : la Seconde Guerre mondiale. Est-ce que l'adage du vieux pot et de la meilleure soupe est de rigueurs ?

Chuck Norris durant la Seconde Guerre mondiale :

Nous voilà donc plongés en juin 1944 à quelques minutes de débarquer sur les plages de Normandie. Nous incarnons Red Daniels, membre d'une escouade dirigée par un chef pas forcément tendre. Comme d'habitude, COD nous sert un FPS pop corn comme il sait très bien le faire. On alterne vidéos et animations via le moteur du jeu. L'arc narratif est assez soigné, les missions plutôt variées, l'immersion est, comme d'habitude réussie.

Séance d'infiltration
Séance d'infiltration
Séance sauvetage de civils, sans arme
Séance sauvetage de civils, sans arme

Néanmoins, on est dans l'ultra classique. Ainsi, comme tout FPS se déroulant à cette époque, on va participer aux événements majeurs du front de l'ouest avec une grosse sensation de déjà vu. Par exemple, comment ne pas faire des parallèles avec les missions du premier Medal of Honor : "Operation Overlord" (forcément) mais aussi "Derrière les lignes ennemies" dans laquelle vous aidiez la résistance et particulièrement une résistante, et "U-529 par le fond" où vous sabotez des U-529 avec des faux papiers. Là encore, certains peuvent le déplorer, mais MOH étant un peu ma madeleine de Proust, forcément, ça fait battre mon petit cœur de nostalgique.

Moi ça m'a rappelé quelques missions de MOH.
Infiltration
Cette fois-ci, vous incarnez la résistance

Sur l'histoire proprement dite, j'ai trouvé les personnages moins caricaturaux que dans les autres opus. Bon forcément les méchants nazis sont méchants, mais on sent une volonté de jouer sur les liens entre ces frères d'armes. Il sera question de racisme et antisémitisme. On aura également possibilité d'épargner des soldats allemands en les faisant prisonniers, et durant une mission, vous aurez à sauver des civils allemands. Alors, de n'est pas documentaire philosophique sur la Seconde Guerre mondiale, ça reste du COD. Si l'on peut apercevoir cette petite nuance, on retombe vite sur les travers de la série avec un "one man army". Quelques exemples : après avoir fait dérailler un train blindé avec sa jeep, puis avoir décimé presque toute l'armée nazie tout seul, on se paye le luxe de retrouver son frère d'armes dans un camp de la mort, juste avant qu'il soit exécuté... J'étais à 2 doigts de me demander si ma dernière mission allait être d'être lâché sans armes dans Berlin, et d'aller tuer Hitler à main nue dans son bunker. Je caricature, mais c'est vrai que par moment, on se dit que c'est un poil trop, et que pour l'immersion, un peu plus de crédibilité serait le bienvenu.

Là où les chars ont échoué, je peux y arriver
Là où les chars ont échoué, je peux y arriver

Blitzkrieg :

Comme tout bon COD, ne comptez pas trop sur la durée de vie du mode solo pour vous occuper durant ses longues nuits d'hiver. Pour terminer les 11 missions, comptez 7 à 10h selon votre envie ou non de faire les actes héroïques, ou bien chercher tous les souvenirs du jeu.

11 missions, pas plus !
11 missions, pas plus !

C'est assez court, comme expliqué plus haut, c'est très classique, mais efficace. Les missions s’enchaînent bien. Par exemple les passages d'infiltrations sont vraiment appréciables, tout comme ceux où l'on doit sauver un civil sans arme. J'ai beaucoup aimé pouvoir piloter un tank également, et bien entendu, faire quelques headshot avec le fusil de sniper.Encore une fois, on peut reprocher le manque de nouveauté c'est vrai, mais dans l'ensemble la copie rendue est propre.

Faire le ménage avec un sherman, ça fait plaisir
Faire le ménage avec un Sherman, ça fait plaisir
Un clocher, un fusil de snipe, il manque plus que les saucisses pour être bien !
Un clocher, un fusil de snipe, il manque plus que les saucisses pour être bien !

Petit, même gros bémol pour moi, le bref chapitre aérien. Je ne suis pas doué pour les dogfight, mais là, j'ai vraiment eu énormément de mal lors de ce passage, au point d'avoir envie de jeter le PC par la fenêtre. Les commandes de bases sont juste injouables, j'ai testé le PAD, sans plus de succès. Alors non pas que je mourrai, non, impossible de descendre un avion allemand, du coup les bombardiers se faisaient descendre eux. J'ai testé tous les réglages, et puis j'ai fait une ultime tentative : je n'ai pas eu beaucoup plus de succès, mais en abattant un chasseur seulement, j'ai réussi à terminer la mission, merci mes coéquipiers sans doute. Bref, je n'ai pas trop cherché à comprendre, ça m'a débarrassé de ce passage, et j'ai pu de nouveau combattre sur terre.

Dans la théorie, c'est simple
Dans la théorie, c'est simple
Je suis une buse
Je suis une buse
Tentative avec le PAD
J'ai testé au PAD, je n'y arrivais pas plus
On tente les réglages de la souris
J'ai modifié les paramètres de la souris, c'est passé

Le retour du médikit

Au niveau du gameplay, pas mal de changements (certains parleront de retour arrière) depuis l'année dernière. Forcément retour dans le passé oblige, exit les exosquelettes, jet pak et autres joyeusetés qui amenaient de la verticalité dans les parties avec leur triple saut et la possibilité de marcher sur les murs. Ici on avance plus lentement, on grimpe péniblement sur les ruine. Bref, c'est réaliste.

Mais le retour en arrière n'est pas que dans l'époque historique dans lequel se déroule le jeu, il l'est aussi avec le retour du médikit ! Eh oui, depuis COD² (souvenez-vous c'était il y a 12 ans) le principe de récupérer sa santé en restant plaqué avait fini par s'imposer dans presque tous les FPS. Si bien qu'on pouvait croire que le médikit faisait partie des antiquités disparues que l'on en révérait plus à l'instar de la Cinq. Et bien bien non, il n'est pas mort ! Ainsi, dans la version Médikit 2.0, ce dernier peut se stocker, mais on peut en avoir que 4 sur soi, et il s'active avec une touche.

ça m'avait manqué
ça m'avait manqué

Pour le reste, c'est du classique, on en trouve au détour de son chemin (mais pas aussi visible qu'un MOH, on est en 2018 quand même) ou bien en le demandant à son coéquipier. Car la vraie nouveauté, c'est que vous avez des coéquipiers avec des capacités qui peuvent s'activer lorsqu'elles se sont rechargés, et que vous l'avez activé en étant à proximité. Ainsi, l'un vous donnera un peu de munitions, l'autre un fameux médikit, un autre des grenades, un autre un appui d'artillerie, et enfin le dernier vous permettra de faire apparaître vos ennemies en mode lucioles. Bref, vous l'aurez compris, le changement c'est le passé, certains seront déçus par le manque d'innovation évidant, paradoxalement, me concernant, je trouve ça rafraîchissant.

Un mode LAN, des bots :

Petit mot rapide sur le multijoueur, car à l'heure où j'écris ce ligne, je n'ai pas eu l'occasion de correctement le tester en multi. Néanmoins, pour moi, il y a 2 très bonnes nouvelles :

  1. Il y a un mode LAN
  2. On peut rajouter des bots

ça n'aura sans doute pas d'utilité pour les adeptes de la compétition en ligne, mais pour les amateurs de LAN garage, c'est une super nouvelle ! On va pouvoir jouer à ce COD même à tout petit nombre.

Des bots pour meubler les parties
Des bots pour meubler les parties

Parmi les modes de jeux proposés, outre les classiques TDM, le mode guerre a attiré mon attention. Il s'agit d'un mode dans lequel une équipe d'attaquant doit accomplir une série d'objectifs et les défenseurs, forcément, doivent leur en empêcher, le tout dans un temps limité. Petite nuance avant l'enflammade, là pas de médikit, ça reste du 6 contre 6 et les parties sont assez rapides. Pour donner un ordre d'idée, c'est du même acabit que le mode opération de UT99. Néanmoins, j'ai hâte de tester ça, notamment sur la carte du débarquement !

ça a l'air sympa comme mode de jeu
ça a l'air sympa comme mode de jeu

Petit détail qui vous fera grincer des dents. Quand bien même vous avez fait l'association des touches durant la campagne solo, il faudra recommencer pour le multi. Pourquoi ne pas avoir un seul profil ? Je ne sais pas, mais c'est un peu pénible.

Un peu de technique :

Chaque année on peut dire la même chose des COD : sérieusement, bossez sur un nouveau moteur ! Je veux bien qu'il y ai quelques améliorations chaque année, mais bon, derrières les litres de botox, ça commence à se voir que le moteur a son âge. Difficile de faire le poids face aux cadors du moment. Ainsi inutile de cherche à ternir la comparaison d'un Battlefield 1 sorti il y a 1 ans. En gros, graphiquement, on a bien 4 ans de retard !

Visuellement on retourne quelques années en arrière !
Visuellement on retourne quelques années en arrière !

Autre petit détail technique qui déçoit : le côté FPS console. Honnêtement rien que dans les menus on voit que le titre a été développé pour les handicapés du pad. Je ne reviendrai pas sur ma mauvaise expérience aérienne, mais je continuerai de pester contre les QTE, même s'il faut concéder qu'ils sont moins nombreux et plus discrets.

Ok, j'appuie sur E
Ok, j’appuie sur E
Ok, je bouge ma souris
Ok, je bouge ma souris

Bon dernier coup de gueule sur la technique : Parfois les scripts sont un peu trop réglés au millimètre. Par exemple, s'il vous prend l'envie de sauver un camarade agonisant et accomplir ainsi un acte héroïque, pensez bien à le poser au pixel prévu à cet effet, sinon il va vous claquer dans les bras. C'est d'autant plus rageant qu'en l'occurrence, ça gâche de bonnes idées.

Je veux bien te sauver, mais je ne sais pas sur quel pixel te poser
Je veux bien te sauver, mais je ne sais pas sur quel pixel te poser
Oui, il faut se dépêcher, mais je ne trouve pas le pixel
Oui, il faut se dépêcher, mais je ne trouve pas le pixel

Bon
7
Plutôt plaisant, ce COD ne révolutionnera pas le genre. Comme tout FPS se déroulant durant la Seconde Guerre mondiale, COD WWII coche toutes les cases : Débarquement, bataille des Ardennes, résistance, destruction de chars tigres. Peu d'originalité donc, mais après l'échec de l'année dernière, il fallait bien ça. À noter également quelques bonnes idées qui ne sont malheureusement pas assez exploitées, et surtout un moteur graphique dépassé. Bref, au final Call Of Duty WWII est un FPS pop corn appréciable, autrement dit ce qui est bien, mais pas top. ;-)

Points faibles :

  • Les dogfights.
  • Très, trop classique.
  • FPS console.
  • Moteur graphique.:

Points forts :

  • La Seconde Guerre mondiale.
  • Les missions d'infiltration.
  • De l'action, du rythme.
  • Le retour de la trousse de santé.

Réagissez :

Partagez :


Articles similaires :


Utilisez un navigateur moderne qui respecte votre vie privée : Téléchargez Firefox