Standard et W3C explications et enjeux

Team-Azerty Jeux vidéo en réseaux

LAN'Oween 2018 à l'Atrium, Salle polyvalente de Seyssuel du 26 au 28 octobre 2018

Standard et W3C explications et enjeux

Dernière modification  dimanche 25 janvier 2004

Comme vous le savez, mon cheval de bataille ces derniers mois a été de rendre un maximum de pages valides vis à vis des recommandations du W3C...
Cette démarche n'a pas été forcément comprise, pourtant, selon moi, elle s'avère vraiment nécessaire et fait preuve d'une véritable démarche qualité. Ainsi, toujours selon moi, le respect des standards W3C peut se comparer au respect des règles de grammaire et d'orthographe... Le but de cet article n'est pas de faire de vous un ardant défenseur de ces normes, mais bel et bien de comprendre quels sont les enjeux qui pousse certains webmestre à suivre ses normes...

HTML strict, transitional, XHTML, W3C casaco?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vous propose un petit historique et une rapide explication de ces thermes un peu barbare...

Tout d'abord l'HTML a été crée par Berners-Lee (chercheur au CERN) en 1990. Il s'agit d'un langage de balisage (Markup), qui présente de l'information encadrée par des balises ouvrante (<xxx>) et fermante (</xxx>) de présentation (ou mise en forme) avec des liens hypertexte permettant de passer d'un document à l'autre.
L'HTML a connus beaucoup d'innovation en ajoutant de version en version de nouvelles balises de présentation, tout en gardant une rétro compatibilités avec les versions précédentes. Ainsi, en principe, toute page d'une version ultérieur est visible par le dernier navigateur, et un vieux navigateur ignorera la mise en forme des nouvelles balises mais en affichant l'information.
Aujourd'hui, dans sa version 4.01, l'HTML se décline en 3 versions :
Transitional : le plus courant
Framset : pour les frames
Strict : html sans balise de mise en forme (<b>, <font>) cette dernière se faisant par feuille de style

Les feuilles de styles ou CSS contiennent la mise en forme de la page web. Elle permet enfin de séparer le contenu (représenté dans une arborescence HTML) de la présentation.

XHTML annoncé comme le successeur de l'HTML, plus contraignant que l'HTML strict (chaque balise doit être fermée,
compris)
, il ne permet uniquement de structurer le contenu d'une page, laissant entièrement la présentation aux feuilles de style.

Le W3C quand à lui est un organisme à but non lucratif fondé au MIT en 1994 dont le but est de standardiser et de spécifier les technologies Web tel que XHTML, CSS, ou encore HTML.

Intérêts :

Pour beaucoup il n'y a pas d'intérêt à appliquer les norme tels qu'elles ont été définis, et il est vrai que d'un certain côtés, elles offres plus de contraintes que d'intérêt... Pourtant, au delà elle représente un intérêt fondamental, celui d'être lisible par tous, ce qui pour un document est primordial. En effet, malgré des navigateurs de plus en plus complet, ces derniers doivent le plus souvent corriger les erreurs d'arborescence du document (cela représente pas loin de 70% du code du navigateur). Il va sans dire que cette interprétation de ces erreurs varis sensiblement d'un navigateur à l'autre, ou d'une version à l'autre. Certes à l'heure où 68,1% des internautes utilisent Internet Explorer 6, on peut penser que le seul problème est l'interprétation des erreurs d'une version à l'autre et qu'il en donc inutile de savoir comment elles seront interprété par un autre logiciel... Ce serait également ignorer les autres navigateurs, et les autres plates-formes (PDA, smart phone) ou même les moteurs de recherche qui n'ont pas la possibilité d'avoir un interpréteur aussi tolérant...
Bref, comme je l'ai dis en introduction, ce respect des normes est donc une véritable démarche de qualité, visant à rendre le contenu visible par tous. Pour reprendre les conclusions du site paginus, le respect des standards permet :

  • D'assurer la compatibilité avec les anciens navigateurs
  • Garantir la compatibilité avec les technologies avenir
  • Permettre de véhiculer l'information au travers d'autres supports que les écrans de PC
  • Outrepasser les limites qui pourraient être dues à la diversité des technologies
  • Garantir la pérennité des documents
  • Améliore l'indexation dans les moteurs de recherche

Enjeux :

Comme nous l'avons vus, la standardisation des représentations des documents hypertexte oriente de plus en plus à séparer contenus et leur mise en forme... A l'heure où les sites ont de plus en plus d'information à transmettre et à gérer, cette démarche n'est pas à ignorer, car elle permet l'uniformisation et une meilleure gestion de ces dernières... Vous pouvez donc modifier la mise en forme de l'ensemble de vos informations sans avoir à revenir sur chaque une de ces dernières (économie de temps)... Mais surtout vous pouvez vous assurer que quelque soit la plateforme de destination, votre information sera comprise (avec ou sans la mise en forme, mais qu'importe)...

Liens:

Conclusion:

En somme dévelloper des pages Web de qualité demande une attention particulière, et même si elle est facultative, cette démarche reste intessante...
Libre à vous de respecter les normes ou non, et si vous adoptez cette première solution, le W3C met à votre disposition toutes les spécifications dont vous aurez besoin, mais surtout des outils de validation sur leur site. Vous pouvez donc vérifier que vos pages sont bien conforme aux standards. Pensez également à utiliser des logiciels comme Composer (fournis avec mozilla et netscape) plutot que word ou composer, ou bien le bloc note si vous êtes courageux...

Réagissez :

Partagez :


Articles similaires :