Serious Sam 2, le test

Team-Azerty Jeux vidéo en réseaux

LAN'Oween 2019 à l'Atrium, Salle polyvalente de Seyssuel du 25 au 27 octobre 2019

Serious Sam 2

Dernière modification  vendredi 20 janvier 2017

Les croates de Croteam remettent le couvert Serious Sam, avec au programme pas beaucoup d'innovations et toujours le même gameplay bourrin, péchu, défoulant qui avait fait le succès du premier opus voilà maintenant près de 4 ans.

Démarrage difficile

k71

Souvenons nous : 2001, Serious Sam ou le renouveau du shooter no-brain, rien à penser, rien à faire d'autre que d'avancer et de shooter à tout va les vagues de vilains pas beaux à l'IA proche du néant et des boss d'une taille qu'on avait encore jamais vue. C'était fun, c'était beau, c'était très défoulant et en plus c'était pas cher. A suivi Second Contact, de la même trempe. Depuis quelques uns s'y sont aventurés avec du bon (Painkiller) comme du moins bon (Will Rock). Serious Sam c'était aussi avant tout un héro au caractère bien trempé, toujours prêt à sortir une petite phrase cinglante. C'était aussi un titre tout plein d'humour, tant dans son scénario complètement débile que dans les ennemis rencontrés. Un bon petit vent de fraîcheur à l'époque. Mais depuis de l'eau a coulé sous les ponts. Croteam est devenu connu et reconnu. Painkiller est passé par là, apportant son lot d'améliorations au genre et plaçant la barre un peu plus haut avec des boss toujours plus impressionnants. Quoi qu'il en soit, après 4 ans de gestation, le nouveau Serious Sam est là. Premier choc au lancement du jeu : une tentative de scénario et de mise en scène. Non mais attendez c'est qu'il n'ont pas fait les choses à moitié ce coup ci. Tout le monde sait que le scénario est la préoccupation number one de tout bon joueur de FPS, et ça, Croteam l'a bien compris. Vous êtes donc plongé dans un monde dirigé de main de fer par l'infâme Mental, un méchant, qui tente de coloniser l'univers tout entier. Heureusement, il existe un médaillon brisé en 5 fragments qui permettra, une fois les fragments réunis, de détruire Mental. Voilà un bon prétexte pour vous envoyer balader dans 5 mondes différents à la recherche des dits fragments. Le tout agrémenté de scènes cinématiques, c'est là la nouveauté. Bref, rien de bien original, rien de bien passionnant, mais comme son grand frère, la plupart sont bourrées d'humour et pour peu qu'on ne soit pas trop blazé, c'est parfois assez drôle, sans être non plus pliant, c'est sûr. En tout cas ça commence très doucement. La première ½ heure est même carrément chiante. C'est mou, 5 monstres à l'écran en simultané à tout casser, une rythme qui peine à se mettre en place. Pas très accrocheur. Avec en plus pas mal de cinématiques pour mettre l'histoire en place. Heureusement peu à peu on commence à retrouver l'état d'esprit et le gameplay Serious Sam. ça commence à blaster dans tout les sens, straff circulaire permanent, on récupère des armes un peu plus costaudes, les monstres deviennent de plus en plus gros et résistants, et on arrive à s'amuser.

Putain mais...c'est chiant

k72

Au rang des innovations, on note l'apparition de quelques passages véhiculés, pas forcément très réussis, ou encore des gros canons dans lesquels on peu prendre place. Rien d'inoubliable. Passé la première heure, on se retrouve donc avec tout ce qu'il y a de plus classique, tellement classique et répétitif qu'on commence d'ailleurs tristement à s'emmerder. Voila le problème. Serious Sam c'est un défouloir. Donc c'est fun, mais pas plus d'une heure d'affilé. Le gameplay propose trop peu d'originalité, trop peu de challenge pour véritablement nous scotcher des heures durant. D'autant que, si le moteur graphique est vraiment très joli, l'univers graphique et le level design lui, donne parfois la nausée. C'est du couloir, salle, couloir, salle, toujours les mêmes objets, les mêmes bâtiments. Chaque monde peine à dégager une véritable atmosphère, une ambiance (mis à part le niveau sur la planète volcanique). D'autant que le choix de couleurs criardes Marios Bros dans la plupart des niveaux est parfois vraiment écoeurant. Au rang des critiques toujours, le manque de variété des ennemis rencontrés. Quel que soit le monde, vous tombez toujours plus ou moins sur les mêmes types d'ennemis, ce qui renforce encore un peu plus la lassitude. On aurait préféré, comme dans Painkiller, que chaque monstre soit propre à un environnement. Bien sûr ça aurait demandé plus de travail. La difficulté est également mal dosée, avec la plupart du temps des niveaux d'une facilité déconcertante, jusqu'au dernier niveau vraiment touchy. On note aussi l'apparition d'un fléau : une demoiselle (pour rester poli), sortie d'on ne sait où, et censée nous guider, passe son temps à parler et à nous donner des conseils évidents et complètement débiles (« Sam, tu devrais chercher s'il n'y a pas une plate forme pour passer de l'autre coté » * soupir *). En plus c'est même pas désactivable. Tout comme les musiques, agaçantes à souhait.

Bon mis à part ça, tout n'est pas à jeter. Comme je l'ai dit, c'est vraiment joli, assez bien optimisé pour peu qu'on ne mette pas tout à fond (mais la différence visuelle entre « optimal » et « maximum » ne saute pas aux yeux, par contre le framerate en souffre beaucoup). Les boss, même si ça ne surprend plus, sont véritablement énormes et assez impressionnants. Le rythme de jeu, une fois lancé, est bien dynamique et le moteur du jeu supporte un bon nombre d'ennemis en simultané. Et puis il y a bien un niveau qui apporte un peu d'originalité. On se retrouve dans une sorte d'arène, avec des checkpoints à passer en un temps limité. ça apporte un peu de fraîcheur, mais pas assez pour sauver le solo du titre et surtout, le joueur de l'ennui.

Pas mal
6
On se retrouve donc un peu sur sa faim. D'un coté, on ne peut pas lui reprocher grand-chose sur le principe, c'est a peu près le même gameplay que l'original, c'est toujours aussi dynamique et bourrin. D'un autre coté, 4 ans après, c'est beaucoup moins marrant et ça devient très vite lassant. Une petite heure pour se défouler, mais pas plus. Et on reprend plus tard. Au final on se demande donc bien où sont passés les 4 ans de développement. Sûrement pas dans le level design, dans l'IA ou dans le scénario. En tout cas, dans le prix, on le sent passer. Et si votre budget est serré en cette période de grosses sorties, passez votre chemin. Multi non testé.

Points faibles :

  • vite lassant
  • la voix off
  • graphisme écoeurant

Points forts :

  • joli
  • défoulant
  • dynamique
  • les boss

Réagissez :

Partagez :


Articles similaires :


Utilisez un navigateur moderne qui respecte votre vie privée : Téléchargez Firefox