The Chronicles Of Riddick : Escape From Butcher Bay, le test

Team-Azerty Jeux vidéo en réseaux

LAN'Oween 2019 à l'Atrium, Salle polyvalente de Seyssuel du 25 au 27 octobre 2019

The Chronicles Of Riddick : Escape From Butcher Bay

Dernière modification  vendredi 20 janvier 2017

Riddick. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand chose, il est pourtant à l'origine d'un film d'action plutôt correct sorti l'été dernier : The Chronicles Of Riddick : Pitch Black. S'en est suivi une adaptation en jeu vidéo sur Xboite intitulée Escape From Butcher Bay, plutôt réussie à en croire les diverses critiques. Et voilà qu'aujourd'hui (début décembre pour être exact) ce même jeu vient d'être porté sur nos grosses machines de bourgeois. Portage…j'entend d'ici les critiques qui commencent à fuser. A mort les préjugés ! Parce qu'à l'image de l'interprète principal, Vin Diesel, il en a dans le calbutte ce Chronicles Of Riddick : Escape From Butcher Bay.

Le futur, c'était mieux avant

img1

Direction le futur. Vous êtes Riddick, un gros vilain méchant (mais en fait il est gentil) qui a fait pas mal de conneries dans sa vie, assez pour être reconnu comme un des pire criminel de tout l'univers. Je vous épargne l'histoire complète de la galaxie Riddick, puisque d'une part je la connais pas, et d'autre part ça n'est pas nécessaire pour comprendre la trame du jeu. Bref, vous venez juste de vous faire arréter pas un chasseur de tête intergalactique qui veut vous livrer dans une prison de haute sécurité sur une planète lointaine, en échange d'un petit arrangement financier avec le directeur de ladite prison. Ben ouai faut croire que c'est la classe d'avoir dans ses cachots un grand nom du crime interplanétaire. Cette prison, c'est Butcher Bay, située dans un cadre très chaleureux, à tel point que toute survie en dehors de la prison est impossible. Vous débarquer donc sur une sorte d'héliport pour vaisseau spatial, accompagné du fourbe qui vous à arrêté, et de 2-3 co-prisonniers pas très clairs non plus. On fait les présentations avec le directeur bonjour, enchanté. Et là un co-détenu me parle et me fait une proposition ma foi assez alléchante : assommer ce salopard de chasseur de tête par derrière, en fourbe. Séduit, je m'exécute et en profite pour me faire la malle, malgré le déclenchement de l'alarme générale. S'en suis une partie de chat et souris entre moi et le reste du monde. Qu'on ne s'y trompe pas TCOREFBB n'est pas un simple FPS, loin de là même. Il emprunte à beaucoup de genre : le FPS bien sûr, il est notamment, graphiquement comme au niveau de l'ambiance, très proche de Doom III ; le jeu de rôle à la Deus Ex avec une multitude de quêtes et sous-quêtes sur fond de clans mais sans les skills ; l'infiltration avec des passages dignes d'un Splinter Cell ; et on retrouve même un peu de plateforme avec des passage à la prince of persia, très bref et très simplifiés certes, mais qui ont le mérite d'être présents. Et j'en oublie. Le jeu qui me semble le mieux s'en rapprocher est Deux Ex 2. Je vois des dents qui grincent, DE 2 à été une grosse déception c'est vrai, mais c'est plus parce qu'on en attendait beaucoup après le succès du premier opus. Mais quoi qu'il en soit TCOREFBB est tout sauf décevant.

L'ambiance tout d'abord. Comme je l'ai dit elle est très semblable à celle de Doom III. Les environnements sont souvent très sombres, le jeu de lumière est omniprésent, des monstres tout vilains qui surgissent de nul part, un cadre identique, seul ou presque en environnement hostile sur une planète loin de tout. Tous les ingrédients sont là et sont foutrements efficaces, en particulier sur la dernière partie du jeu. Même la trame scénaristique est assez similaire à celle de Doom III. Ayant particulièrement accroché sur ce dernier, je n'ai rien à lui reprocher. Bon ne vous attendez pas à des rebondissements, des remuages de méninges énormes, ça reste très basique, mais grâce à l'ambiance, on se régale. A vrai dire, le scénario pourrait tenir en 2 mots, 2 verbes plus précisément : se faire attraper&s'échapper ! se faire attraper&etc. ça paraît con et simpliste, mais c'est sacrément bien foutu, et franchement jouissif de jouer de ses petites mains (à la Gordon Freeman en poussant 1000 et 1 interrupteurs pour enclencher des mécanismes, ou carrément au sens propre avec des combats à mains nues excellemment réalisés) et de ses petits neurones pour feinter ces gardes et toujours réussir à se barrer (oh j'ai mal à la tête, j'irais bien à l'infirmerie ; oh regardez là bas un éléphant rose&schlak). Bref tout au long du jeu, vous devrez vraiment vous mettre dans la peau de votre très charismatique personnage (qui a des réflexion et des cassages vraiment très bon parfois) pour vous faire respecter et pour défendre votre réputation dans ce grand foutoir.

img2

La partie jeu de rôle est aussi plutôt réussie. Bon là aussi ne vous attendez pas à quelque chose d'extra ordinaire. Si TCOREFBB touche un peu à tout, c'est forcément de façon simplifiée. Vous devrez donc réaliser différentes quêtes principales et secondaires si le cSur vous en dit. La plupart des quêtes sont entremêlées. Vous aurez par exemple à aller chercher un objet ou tuer un co-détenu pour le compte d'un autre qui va alors vous remettre un autre objet permettant de faire évoluer une autre quête. Bref rien de transcendant, vous ne pourrez notamment jamais vous mettre un clan à dos en effectuant certaines quêtes ou toute autre chose un peu plus subtile, non, c'est du RPG basique, mais très bien réalisé et qui propose beaucoup d'actions, d'objectifs différents. Pour les non puristes, ce sera donc un plaisir.

Concernant l'infiltration, c'est aussi du tout bon. A la manière de Sam Fisher, vous pourrez détruire les néons au plafond afin de créer de l'obscurité pour vous déplacer tranquillement, marche sur la pointe des pieds sans faire de bruit, trancher la gorge des gardes par derrière comme un gros lâche, les endormir discrètement avec un flingue lanceur de fléchettes endormissantes, etc.

Et les amateurs d'action ne seront pas déçus non plus. Comme dans tout bon FPS qui se respect vous aurez des bon gros flingues qui font des taches, de la chair à canon un peu partout, des vilain robots assez costaud à désosser, vous aurez même l'occasion de conduire une sorte de Mech assez balèze avec double sulfateuse et lance missile intégré. Et pour couronner le tout, quelques gros boss bien énervés viendrons vous titiller de temps en temps, pour notre plus grand bonheur. Chacun pourra donc y aller à cSur joie.

Vous l'aurez donc compris, y en a pour tous les goûts, si on ajoute à cela que tous ces éléments sont très bien mariés ensembles, vous comprenez qu'on a pas à faire à un petit jeu de seconde zone (malgré la médiatisation du titre qui elle est malheureusement digne d'un jeu de seconde zone, et c'est bien dommage).

Seule ombre au tableau : la durée de vie. Ne comptez pas plus d'une dizaine d'heures de jeu. Plus c'est long, plus c'est bon. Dommage que l'inverse ne soit pas vrai. Il aurait sûrement été très très long.

Les préjugés, c'est mal

img3

Pour un jeu sorti de presque nul part pour la plupart des PCistes, comme on a pu le voir, TCOREFBB est déjà une sacré claque sur le plan du gameplay. Là où on pouvait doucement rigoler c'est sur le plan technique. Vous savez, portage tout ça, ça a jamais été généralissime. La plupart du temps on se retrouve avec un vulgaire portage fait en 2 semaines avec les mêmes textures moches de la version console, des chargements de partout pour soulager les quelques Mo de RAM de ces dernières, et avec pour seule option de pouvoir régler la résolution. Après, bon ça vient de Xboite c'est ça ? le gros truc pas beau avec un PIII/Celeron 733Mhz, 64 Mo de RAM et une Geforce 4 Ti dedans ? mouarf, arrêtez-moi, je vais mourir de rire. Bon aller on remballe tout ses préjugés et maintenant on écoute.

Pour tout vous dire, j'ai eu du mal à en croire mes yeux. Imaginez, un portage Xboite qui plie en 4 toutes les dernières grosses écuries PC : dans l'ordre FarCry, Painkiller, Doom III et Half-life 2. C'est sur la modélisation des personnages et particulièrement les visages qu'on atteint un nouveau sommet. Il faut le voir pour le croire. La diversité déjà. Pas un seul visage n'est utilisé 2 fois. Tous les PNJ on un visage différent. En ce moment je joue à Vampire : bloodlines, et j'en trouve ça ridicule. 3 modèles de visage répétés à tire larigot. Là c'est vraiment un autre niveau. De l'éclairage au pixel près, des ombres sur les moindres détails du visage, des cicatrices aussi vraies que nature, c'est vraiment superbe. Et les torses des quelques PNJ torses poils sont à couper le souffle. Bon il y a toujours le syndrome « aspect plastique » de FarCry pour le rendu de la peau, mais on oublie tant c'est ahurissant.

En dehors de ça on profite d'un système d'éclairage global identique à celui de Doom III, en encore plus précis, du bump mapping un peu partout, bref c'est du grand art et encore une fois un des meilleure niveau atteint sur nos grosses machines. Les textures sont tout a fait correctes, même si un peu répétitives, mais le lieu prête assez peu à autre chose que du gris et du marron.

Les animations des personnages, des monstres, des robots sont elles aussi très convaincantes et sur le plan sonore, on a droit à du 5.1 et un bon relief sonore, rien à redire.

Je me suis peut-être un peu enflammé sur l'enfonçage du moteur de FarCry et Half-life 2. Bon c'est vrai qu'il faut comparer ce qui est comparable. A aucun moment le moteur de TCOREFBB n'affiche de grands paysages en extérieur comme c'est le cas dans ces deux derniers. En revanche un moteur directement comparable, puisqu'il fait exactement la même chose, c'est celui de Doom III. Et globalement c'est à peu près équivalent, avec un léger avantage pour TCOREFBB sur la plupart des situations et un gros avantage sur la modélisation des persos.

Au niveau config pour donner une comparaison, ça tourne à peu près aussi bien que Doom III. Sur une machine à base de Radeon 9700 et d'un vieil Athlon 1.33Ghz, c'était à peu près jouable à de rare passage près en 1024*768 détails au max avec 512Mo de RAM. Oui j'ai été obligé de tester ça sur une machine pas très représentative, parce qu'apparemment ce jeu est un peu capricieux. Il refusait totalement de fonctionner sur ma machine principale à base d'A64, idem sur une autre config à base d'Athlon XP, j'ai donc du me rabattre sur cette 3 ème config. En espérant que le développeur fournira un patch. Ou peut-être suis-je victime d'une malédiction. Bon ça donne quand même un ordre d'idée.

Le seul reproche finalement serait le level design. Correct globalement, on atteint clairement pas le niveau d'un Doom III&excepté la fin du jeu qui relève franchement le niveau. Mais les couloirs sont parfois très vides, les murs un peu trop plats. Quelques tuyaux ou vannes courants le long des parois aurait pas été du luxe, ça aurait un peu meublé certaines maps. Mais bon c'est quand même suffisamment bon pour ne pas nuire à l'ambiance.

Très bon
8
Au final, un jeu que personne n'attendait, injustement sous médiatisé, et qui se révèle finalement être une petite perle en ces temps de fringale vidéo-ludique. TCOREFBB à tout pour plaire. Un gameplay très diversifié, accessible à tous où chaque type de gameplay est vraiment bien foutu et bien intégré, une ambiance vraiment bonne et cerise sur le gâteau, une technique à faire pâlir les gros bras du PC. Bref on prend un réel plaisir à jouer. Disponible à seulement 30$ outre atlantique, nous petit européens allons malheureusement gentiment nous faire entuber (pour rester poli) puisqu'il devrait être disponible aux alentours de 45€ chez nous. Vache à lait un jour, vache à lait toujours, on est habitué maintenant.

Points faibles :

  • Durée de vie
  • Level design correct sans plus
  • C'est tout...

Points forts :

  • Ambiance
  • Technique
  • Diversité de gameplay

Réagissez :

Partagez :


Articles similaires :


Utilisez un navigateur moderne qui respecte votre vie privée : Téléchargez Firefox