Team-Azerty

Shadow Of The Colossus

Dernière modification  vendredi 20 janvier 2017

La talentueuse dev team de ICO frappe encore. Malgré les piètres performances commerciales de Ico, assez incroyable d'ailleurs tant il est plébiscité de partout, et pas seulement par la presse. Quoi qu'il en soit, les ventes de SOtC sont plutôt bonnes. Une reconnaissance méritée. Et pourtant ce SOtC part sur des bases plutôt inhabituelles. Sans être un ovni comme a pu l'être un Killer 7, c'est une approche pour le moins étrange que nous propose SOtC.

Page 1 : Le test

La petite historie : sur fond très poétique, une prince cherche à redonner vie à sa douce et tendre. Mais pour cela, un seul moyen, vaincre les 16 colosses qui règnent sur ce monde. Un monde d'un vide intersidéral. Pas ennemis qui vivent, un monde désert. C'est donc grossièrement un enchaînement de 16 boss que propose SOtC. Ce qui donne un jeu plutot étrange, puisqu'on se balade dans la carte avec pour seul but de trouver le colosse suivant, aucune quête, aucun PNJ pour causer de la chute du cours des fraises des bois, bref un pays où il ne fait pas bon vivre. Loin d'une fainéantise de la part des développeurs, ce monde vide est un petit bijou pour mettre le joueur dans l'ambiance d'un monde vivant au ralenti, un monde parallèle vivant au gré du soleil et du vent. Pitain c'est beau ce que je dis. Bref un truc difficile à décrire, attachant et effrayant à la fois. La façon la plus simple de décrire cette ambiance pour ceux qui connaissent : c'est comme ICO, mais pas tout à fait pareil. Pour les autres : c'est le pannard.

Mais comment faites-vous pour avoir l'oeil aussi vif et le poil si brillant ?
Oh mère grand comme vous avez de grands yeux, comme vous avez de grandes dents

Pour vous accompagner dans vos aller retour sur les terres de SOtC, votre fidèle chwal Agro (ou un truc du genre, c'est pas sous-titré et c'est dit dans un langage que je connais pas). Et il a bien fait de ramener sa fraise celui là, parce que vous allez en faire des bornes à travers les magnifiques paysage de ce monde. SOtC est beau, ça oui. La même touche graphique que ICO (toujours lui), en plus beau, avec des paysages et des plans vraiment renversants. Et ça se sent. Cette bonne vieille playstachoune en chie comme une russe pour afficher tout ça, si bien que le framerate joue les asthmatiques et bien souvent en dessous des minima imposés par ma religion. Mais on pardonnera, car l'essentiel du jeu, les affrontements contre les colosses, est...colossale. Chaque colosse fait preuve, dans son design tout d'abord, d'une originalité et d'un talent remarquable. Presque tous aussi impressionnants les uns que les autres. Car qui dit colosse, dit gigantisme. Et les développeurs ne se sont pas trompés sur la signification du mot. C'est donc la plupart du temps contre des tas de rochers améliorés d'une bonne 40aine de mètres que vous aller devoir vous battre à 16 reprises. Et y en aura pour tous les gouts. A noter que la plupart sont dotés d'une toison absolument magnifiquement rendue, très pratique pour s'y accrocher comme un morback. Quoi qu'il en soit, chaque affrontement est un combat d'homme, un vrai avec des situations parfois vraiment énorme (en considérant qu'être accroché aux poils de cul d'un piaf de 20 mètres d'envergure à vitesse maxi, avec l'air qui fouette la gueule et le tout à 50 mètres au dessus du sol est énorme). Du David contre Goliath puissance 10. Car le monde est bien fait, et chaque colosse dispose d'un point faible. Et c'est à vous d'ouvrir bien grand les yeux et de faire marcher la boite à cerveau pour le trouver. Des affrontements toujours très prenants et parfois vraiment épiques, avec des combats qui s'étalent jusqu'à un bon ¾ d'heure si vous êtes long à la détente (je suis long à la détente). Mais la victoire n'en est que plus belle. Bref, on déguste chaque combat du premier jusqu'au dernier, avec toujours autant de plaisir et d'intensité. Et c'est bien dommage que ça s'arrête si vite. J'ai mis personnellement 11h à en voir le bout, et comme je suis du genre à comprendre ce qu'il faut faire à la 30 ème fois où la situation se présente sous mon nez, cette durée de vie peut-être considérablement réduite. Quoi qu'il en soit ça a été pour moi 11h de pur bonheur, conclu par une fin tout simplement magnifique, comme, et c'est la dernière fois que j'y fait référence, ICO.

Un dernier mot pour souligner le travail des musiciens qui nous propose des musiques au poil, discrètes mais sublimes en tout point, en parfaite adéquation avec l'ambiance.

Très bon
8
Une aventure à part. Somptueux, archi prenant, intense, original, SOtC n'a pas d'équivalent. Sony ne s'y est pas trompé en engageant cette dev team de gens bourrés de talent et d'idées. N'en déplaise à certains, la créativité sur PS2 n'est pas morte.

Points faibles :

  • C'est court
  • ça rame
  • C'est tout

Points forts :

  • L'ambiance
  • La touche graphique
  • Les affrontements
  • L'originalité de chaque colosse